04 juillet 2024

La Cité des nuages et des oiseaux

d’ Anthony Doerr

*****

 

J’ai été désarçonnée au début par ce gros roman (plus de 800 pages) aux chapitres disparates qui avait l’air d’un gros fouillis incompréhensible ; et c’est ce qu’il est tant qu’on n’en a pas trouvé le personnage principal, alors je vous le dis tout de suite, le personnage principal est un livre : "La Cité des nuages et des oiseaux" d’un certain Antoine Diogène, supposé auteur grec de l’antiquité. Ou plutôt non, ce livre n’est pas le vrai personnage principal, il n’en est que l’incarnation. Le personnage principal est la Littérature. Si vous avez bien cela en tête, tout va se mettre en place avec le plus grand naturel au fur et à mesure que vous tournerez les pages.

 Il y a six personnages principaux (et même sept si on compte Diogène, l’auteur du conte), vivants dans des lieux et des époques très différents et sans rapport entre eux. Sans rapport ? Pas tout à fait, bien sûr. Ils ont tous un lien fort avec le livre dont je vous parlais qui est l’histoire d’un berger un peu benêt, racontée par lui-même. Il rapporte les mésaventures qu’il a vécues quand il a décidé de quitter son village natal pour courir le monde à la recherche d’une sorcière capable de le transformer en oiseau "de préférence un aigle farouche ou une splendide chouette" afin de pénétrer dans un monde idéal, une sorte de paradis où seuls les oiseaux peuvent aller. Nos autres héros, que nous ne rencontrerons pas non plus par ordre chronologique sont Konstance, jeune adolescente, seule à bord d’un vaisseau spatial où tout est géré par le robot Sybil. Il y a aussi Anna petite fille apprentie brodeuse surexploitée dans la Constantinople du Moyen-Age où elle obtiendra le livre ; puis Omeir, paysan bulgare de la même époque, enrôlé de force dans le siège de Constantinople, justement. Viennent enfin Zéno, immigré grec ostracisé du milieu du 20ème siècle aux USA, puis Seymour, jeune autiste du 21ème siècle qui ne supporte pas les atteintes à la nature qu’il voit autour de lui et qui n’a qu’une mère très pauvre pour l’aider...

A chaque fois, dans les situations les plus critiques voire désespérées et désespérantes qu’ils vivaient, le livre était là et la littérature les a sauvés, au moins partiellement.

 C’est énorme, protéiforme, luxuriant. Ça part dans tous les sens semble-t-il mais tout est en fait millimétré avec une maîtrise parfaite par Anthony Doerr qui avait obtenu le Prix Pulitzer pour son précédent roman "Toute la lumière que nous ne pouvons voir" et a reçu le Grand prix de littérature américaine pour celui-ci. Un roman extrêmement bien écrit que je conseille vivement si vous vous sentez capable de vous lancer dans un voyage au long cours plein de rebondissements et de surprises et plein tout autant de l’éternel humain dont nous sommes tous et porteurs et témoins.


 978-2253249030

 816 pages 

6 commentaires:

  1. ça, c'est un pavé ! qui risquerait d'avoir raison de ma patience, je crois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai audio lu, mais c'est vraiment un bon livre.

      Supprimer
  2. Bonjour Sibylline
    Je ne connaissais ni le titre ni l'auteur avant de voir que tu en ferais un pavé et même un épais...
    Ce que tu en dis m'évoque le diptyque (ou dilogie?) de Dan Simmons, Ilium et Olympos. Là aussi, on a des chapitres avec des personnages très différents, des épisodes se situant à des époques et dans des univers variés (certains sur terre, d'autres ailleurs), et une unité inattendue qui se dévoile peu à peu au fil des pages.
    Merci pour cette présentation de "La cité des nuages et des oiseaux", qui semble aussi participer du genre du fantastique et de l'anticipation voire de la science-fiction, en tout cas.
    (s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

    RépondreSupprimer

Commentaire: