28 janvier 2024

Inspecteur Balto

Scénariste : Aurélien Ducoudray

Dessinateur : Damien Geffroy

****


Nous faisons donc connaissance avec L’inspecteur Balto, flic à la retraite qui continue à œuvrer, par vocation. Comme il n’a évidemment plus le droit d’enquêter, il se charge maintenant des petites affaires dont la vraie police ne va pas avoir le temps de s’occuper ou des affaires classées. Son bureau, c’est le bistrot du coin, où il a ses habitudes, mais sans être un alcoolique. Balto est donc un petit retraité chauve et un peu maigrelet sur qui il ne faudra pas compter au cas où l’affaire deviendrait physique, d’ailleurs il commence tout de suite par se faire assommer. (Note pour l’auteur : attention, les crânes de vieux, c’est fragile, Balto ne peut pas se permettre de se faire assommer à tout bout de champ, ce n’est pas Burma.)

Balto est un convaincu du droit et de la justice, un intègre absolu. D’ailleurs, autrefois, il avait une vie de famille, ou du moins une épouse. Un peu étrange et pas hyper sympathique à mon sens, mais une épouse tout de même, et dont il était très amoureux. Et puis elle est passée de l’autre côté de la frontière de la loi dans une affaire vraiment grave (très moche, même) et il l’a arrêtée. Ils sont toujours mariés mais elle est en prison depuis des années.

Aujourd’hui, il est contacté par deux prostituées en raison de la disparition d’une de leurs amies et collègues...

Un dessin clair et impeccable, classique mais justement, c’est ce que j’aime. Bonnes couleurs, bon graphisme, pas de trouvaille époustouflante mais les découpages acrobatiques et le flash des couleurs qui piquent les yeux, ça va bien cinq minutes mais au-delà, je me lasse. Donc pour moi, dessin 10/10.

Une enquête classique elle aussi, mais pas trop évidente tout de même, une narration linéaire, claire, nette, sans bavure (comme Balto) et un final qui nous laisse avec l’idée qu’on vient sans doute de lire le premier album d’une série. Mais attention ! Cette histoire-ci est complète et réglée, ce sont certains des personnages que nous risquons bien de revoir dans d’autres aventures. S’ils viennent toquer à ma porte, ma foi, je leur ouvre.




9782818997642




23 janvier 2024

Panorama 

de Lilia Hassaine

*****


Dystopie d'un futur à la date non précisée.

Lilia Hassaine imagine d'appliquer purement et simplement dans les faits le fameux dilemme de la sécurité et de la liberté individuelle (qui est d'ailleurs un pléonasme, alors disons, de la liberté). La société, police, voisins, proches, collègues etc. peuvent vous protéger et assurer votre sécurité, mais encore faut-il pour cela qu'ils sachent que vous êtes agressé. L'agresseur de son côté, le plus souvent, n'agira pas à la vue de tous mais choisira au contraire un lieu clos ou retiré. Jusqu'à votre propre maison comme en témoignent les féminicides et la pédocriminalité. Aussi la société a-t-elle décidé de rendre absolument tous les lieux, jusqu'à même votre chambre à coucher visibles de tous en permanence. Elle a choisi de faire vivre ses citoyens dans des aquariums où rien ne peut se passer à l'abri des regards. Ceux qui refusent cette ingérence, vont vivre à l'extérieur de la cité, dans des zones non surveillées où les murs sont autorisés et où la vie privée est respectée, mais attention, la police ne surveille carrément plus ces zones, estimant que les citoyens qui veulent être protégés n'ont qu’à aller vivre dans la zone ouverte. Non seulement les citoyens des zones non protégées ont une vie plus dangereuse, mais ils sont également socialement déconsidérés car la plupart ne s'y trouvent pas par choix, mais parce qu'il n'ont pas les moyens de se payer les maisons de verre..

Les années passent ainsi, pour eux la criminalité à disparu, mais un beau jour, c'est toute une famille qui a purement et simplement disparu, et ce, dans le quartier le plus huppé et donc le plus surveillé ! Il est impossible qu'ils soient bonnement partis, on les aurait vu s'en aller, impossible qu'ils aient été enlevés, on aurait également forcement vu leurs agresseurs et pourtant, un beau matin, ils ne sont plus là et personne n'a la moindre explication à fournir.

Hélène, commissaire, vivant elle-même dans la zone surveillée et rencontrant de gros problèmes de couple avec un conjoint peinant à s’adapter à une vie si exposée, est chargée de l'enquête. Assistée de son adjoint Nico, elle va chercher partout, interroger tout le monde, envisager toutes les hypothèses (mais lesquelles face à un évènement tout simplement impossible?) pour tenter de comprendre ce qui sest passé et retrouver les trois disparus. Nous la suivrons dans cette étrange enquête, en apprenant à chaque page un peu plus cette société qui a choisi la sécurité, mais à quel prix? Une société du "tout visible" est-elle même possible ? L’homme peut-il se départir de sa part d’ombre ?

Et nous, quel choix sommes-nous en train de faire?

Un livre assez captivant parce que bien sûr, on essaie de deviner avant Hélène ce qui s'est passé. Je n'ai pas réussi mais je m'en veux. Si j'avais pris le temps d'un examen plus logique de la situation, j'aurais deviné. Bref, j'ai passé un très bon moment et j'ai trouvé l'hypothèse de départ (intimité – sécurité) très intéressante à voir développer. Je conseille vivement.

Ingannmic et Keisha l'ont lu aussi.

978-2073035059



18 janvier 2024

Le livre du grand secret 

de Serge Brussolo

****


Ce court roman de 150 pages environ, nous raconte la vie de Purcell Forbes, dit Puck au moment où nous le rencontrons car il n'a alors que onze ans. Puck grandit entre une mère abusive et frustrée et un père raté. Son grand-père paternel par contre, est tout ce qu'il y a de plus flamboyant, mais, comme ses parents et lui ne se supportent pas, Puck ne le voit que deux semaines par an et encore, le grand-père doit il imposer cette obligation de la façon la pus vigoureuse qui soit. Le fameux grand-père, Darian Forbes est une ancienne star de l'édition car ses romans d'aventures, anticipation, et surtout espionnage ont tous  été de super best sellers. Et puis, les temps ont changé, sa prose ne se vend plus. Il s'est également mis à soutenir des thèses surnaturelles que l'état voyait d'un mauvais œil, et il s’est retiré dans un région reculée (personne ne sait laquelle), désigné sous le nom d'Alaska parce qu'il y fait très froid et qu'elle est sous la neige, mais qui n'est très probablement pas en Alaska. Il est sous la protection, ou sous la menace? de services spéciaux... Ou c'est ce qu'il imagine. Toujours est-il que tous les ans, un hélicoptère et deux gros bras viennent chercher Puck pour deux semaines...

Le grand-père et l'enfant s'entendent bien, mais parfois, Puck se demande si sa mère a raison de dire que le vieux, paranoïaque et complotiste, a perdu la boule. Mais c'est vrai qu'il raconte de drôles d'histoires et qu'il ne s’explique pas clairement quand l’enfant essaie d’en savoir plus. En tout cas, depuis sa petite enfance, Darian Forbes consacre ces deux semaines à éduquer Puck à toutes les techniques du camouflage et de la survie non pas contre une fin du monde, mais contre les services secrets...

Mais le secret s’avérera encore plus énorme que le lecteur le plus avisé n'aura su le soupçonner.

Et il est à votre disposition, si vous le voulez.

Tout le savoir-faire de Brussolo et encore une histoire hyper originale qui comblera le lecteur curieux. Emparez-vous du Livre!!


978-2080677204

13 janvier 2024

La dernière rose de l'été

de Lucas Harari

*****


J'ai lu il y a peu "L'aimant" du même auteur, qui m'avait bien plu, tant le récit que le graphisme (j'avais fait un billet), j'ai alors regardé à la bibliothèque s'il y avait d'autres titres de Lucas Harari, et il y avait cette dernière rose, que je suis donc allée cueillir.

Leo se veut écrivain. Son livre de chevet est "Martin Eden" comme s'il cherchait déjà à contrer l'effet délétère d'un trop grand succès alors qu'il est loin d'avoir débuté. Le chef d’œuvre projeté fuit sa plume et le voilà à travailler dans un lavomatic. Voilà qu'un hasard farceur amène dans ses murs un cousin perdu de vue depuis des années. Voilà que peu après, le cousin s'aperçoit qu'il a besoin que quelqu’un occupe sa belle villa Corse qui surplombe la mer et qu'il propose le poste à Leo : le gardiennage contre un endroit paradisiaque où se laisser habiter par l'inspiration... Et c'est parti! Leo aura des voisins qui, on s'en doute seront un peu étranges, il les fréquentera, des choses lui sembleront mystérieuses... puis il y aura une mort violente et ensuite... eh bien, je vous laisse le découvrir.

C'est un gros album, presque 200 pages, grand format. Une fois tous les personnages en place, j'ai cru reconnaître une trame un peu trop banale et j'ai failli me désintéresser de ce livre, mais j'y suis tout de même revenue pour le terminer et j'ai eu bien raison car le scenario est bien plus original et intéressant que celui que j'avais suspecté et on se trouve en fin de compte avec une intrigue de qualité tout à fait honorable.

J'aime toujours autant le graphisme. On se retrouve comme dans "L'aimant" avec des angles de vue spectaculaires, de beaux dessins d’architecture grand luxe, et cela aussi, j’aime bien. Je m'y suis promenée avec plaisir. Les paysages sont toujours très bien rendus et les jeux d'ombres et de lumières, tranchés et saisissants. Bref, un excellent album et je guetterai d'un œil attentif d'éventuels autres parutions de Lucas Harari.


978-2377314768


08 janvier 2024

Veiller sur elle 

de Jean-Baptiste Andrea

*****


Prix Goncourt 2023

Un titre qui m’a réconciliée avec ce bon vieux Prix Goncourt, quoi qu’il soit par ailleurs.

Dans le monastère retiré de Pietra d'Alba près de Gènes, les moines accompagnent l'un des leurs dans ses dernières heures de vie. L'un des leurs pour l'existence qu'il a menée pendant toutes ses dernières années, mais pas un moine cependant. Il vit parmi eux depuis plusieurs décennies, depuis que leur monastère abrite une statue si remarquable qu'il a fallu la soustraire au regard du monde qu'elle troublait trop; et depuis elle est là, enfermée dans une salle du sous-sol et ne reçoit que de très rares visiteurs.

Le mourant s'appelle Michelangelo Vitaliani. dit Mimo, et pendant les longues heures de son agonie, se déroule le récit de son existence depuis son plus jeune âge, existence qui ne fut pas banale et que le lecteur dévore avec un intérêt passionné. Michelangelo était sculpteur, il est né au début du vingtième siècle et a tôt perdu un père aimant et pauvre, sculpteur qui a servi de chair à canon en 1914. Envoyé chez un oncle en Italie, Mimo a appris la sculpture à la dure mais avec un talent hors norme. Il a vécu quatre-vingt deux ans et a donc été témoin des transformations incroyables qui ont vu ce siècle passer du cheval de trait au tout connecté, mais le principal fait est que lui, l'orphelin pauvre, a rencontré Viola Orsini, la riche fille d'une grande famille, aussi extraordinaire que lui, et qu'ils se sont reconnus et mutuellement adoptés et toute leur vie (et celle de quelques autres) en a été changée. Une précision, Michelangelo adulte mesure un mètre quarante.

Un roman magnifique que je ne déflorerai pas davantage puisque de toute façon, vous allez le lire et vous en régaler également.

C'était ma première lecture de J-B Andrea mais maintenant, d'autres sont déjà prévues car j'apprécie plus que tout les écrivains au très beau style et à l'imaginaire puissant. Je n'ai que faire des "fines" analyses égocentrées, mais si je trouve un auteur qui me livre des mondes, qui me transporte dans le temps et dans l'espace, qui me fait rencontrer des personnages vrais, alors je ne le quitte plus avant d'avoir tout lu.

978-2378803759

03 janvier 2024

Saules aveugles, femme endormie 

de Haruki Murakami

****


Un recueil de nouvelles, chose assez rare chez moi. Il aura fallu que ce soit un auteur qui m'attire vraiment, mais pour Murakami, je suis prête à surmonter ma réticence envers les récits courts. Vingt-trois nouvelles, quand même, c'est dire que certaines sont assez brèves mais le recueil compte quand même 510 pages... Certaines de ces nouvelles avaient déjà été publiées auparavant, mais pas toutes, d'autres ont été rédigées pour l'occasion. L'auteur dit parfois que la rédaction de nouvelles est comme une récréation pour lui au milieu de l'écriture de romans. J'ai eu à la lecture l’impression qu'elles avaient été écrites par un Murakami trentenaire ou à la limite quadragénaire, ce qui se confirme, même si certaines ont été rédigées plus tard. Elles le furent entre 1980 et 2005 selon Wikipédia (soit de 31 à 56 ans).  Dont acte. Elles ont été choisies par l'auteur lui-même pour composer ce recueil.

Les sujets sont très divers mais on trouve très souvent des histoires de jeunes couples en formation ou en voie de délitement. On retrouve les personnages de Murakami, propres, lisses et en même temps insondables. Plusieurs ressassent des histoires par lesquelles on sent que l'auteur est lui-même fasciné. Il les saisit, les anime, les fait tourner devant ses yeux pour en examiner les différentes facettes et les pousser un peu plus loin qu'elles ne sont allées, ou pourraient aller...  La nostalgie n'est pas exclue non plus car on se plonge plusieurs fois dans des souvenirs d'adolescence, les études, les amis, les filles,  les soucis de virginité, peu ou pas de famille ou juste à l'arrière plan, dans le décor (sauf pour la nouvelle éponyme, justement). Une vision poétique du monde qui frôle souvent le fantasme, où l'imaginaire flirte avec le réel, où le non-dit est à créer par le lecteur.

Si vous ne connaissez pas encore l’œuvre de cet auteur, premièrement, il faut rapidement faire quelque chose, deuxièmement, ce recueil peut être une base de départ. Il ne me semble pas exagéré de dire que selon que vous l'aimerez ou non, vous aimerez l'ensemble. Il y a "l'ambiance Murakami".

C'est un bon recueil. N'hésitez pas s'il passe à portée de votre main.

978-2264044747



01 janvier 2024


 Cette année je fais un challenge ABC. C'est Enna qui m'en a donné l'idée.

En quoi cela consiste-t-il?  C'est simple: lire tout au long de l'année, faire les billets et relever un lien par nom d'auteur de chaque lettre de l'alphabet. Le but est d'avoir rempli l'alphabet avant le 31 décembre 2024.

Si vous en faites un aussi, on peut échanger nos liens et suivre nos progrès pour nous encourager mutuellement. Dites-le moi. Nous échangerons nos liens. Ca sera sympa.

Le mien :

A - Andrea Jean-Baptiste "Veiller sur elle" 

B - Brussolo Serge "Le livre du grand secret"  

C - Clicquot Guillaume "Prenez-moi pour une conne" 

D- Ducoudray Aurélien "Inspecteur Balto"  

E

F

G- Guenassia  Jean-Michel  "A Dieu vat"  

H- Hassaine Lilia "Panorama"

I

J- Jorge Lidia  "Misericordia"

K - Kantcheloff Dimitri "Vie et mort de Vernon Sullivan" 

L- Luz "Testosterror"null  

M- Murakami Haruki  "Saules aveugles, femme endormie"

O

P- Pennac Daniel "Le cas Malaussène"

Q

R- Rushdie Salman  "La Cité de la victoire"  

S- Sfar Joann "Chagall en Russie"  

T

U

V

W- Wohlleben Peter "La vie secrète des animaux"  null

X

Y

Z- Zerrouki Salim  "Rwama, Mon enfance en Algérie"

ChallengeABC