27 juin 2020

Vie de Gérard Fulmard 
de Jean Echenoz
***

Présentation de l'éditeur: 
"La carrière de Gérard Fulmard n'a pas assez retenu l'attention du public. Peut-être était-il temps qu'on en dresse les grandes lignes. Après des expériences diverses et peu couronnées de succès, Fulmard s'est retrouvé enrôlé au titre d'homme de main dans un parti politique mineur où s'aiguisent, comme partout, les complots et les passions. Autant dire qu'il a mis les pieds dans un drame. Et croire, comme il l'a fait, qu'il est tombé là par hasard, c'est oublier que le hasard est souvent l'ignorance des causes."





978-2707345875

22 juin 2020

L'écume des jours
 de Boris Vian
*****

"Chick, Alise, Chloé et Colin passent leur temps à dire des choses rigolotes, à écouter Duke Ellington et à patiner. Dans ce monde où les pianos sont des mélangeurs à cocktails, la réalité semble ne pas avoir de prise. On se marie à l'église comme on va à la fête foraine et on ignore le travail, qui se réduit à une usine monstrueuse faisant tache sur le paysage.". 


Colin est riche et aime Chloé dont un nénuphar va ronger les poumons. Chick, son meilleur ami, aime Alise, mais il aime encore plus Jean-Sol Partre.
"Comment ne pas s'intéresse à un homme comme Partre, capable d'écrire n'importe quoi sur n'importe quel sujet et avec quelle précision."
Chick laissera Alise se faner et Vian fait à travers son personnage un très juste portrait de l'addiction.. Critique du travail.

"- Pourquoi sont-ils si méprisants? demanda Chloé. Ce n'est pas tellement bien, de travailler.
- On leur a dit que c'est bien, dit Colin. En général, on trouve ça bien. En fait, personne ne le pense. On le fait par habitude, et pour ne pas y penser, justement.
(...)
- Mais est-ce que c'est leur faute si ils croient que c'est bien de travailler?
- Non, dit Colin, ce n'est pas de leur faute. c'est parce qu'on leur a dit: le travail, c'est sacré, c'est bien, c'est beau, c'est ce qui compte avant tout, et seuls les travailleurs ont droit à tout. Seulement, on s'arrange pour les faire travailler tout le temps et alors ils ne peuvent pas en profiter."

Plus loin:
"- Vous êtes renvoyé!
- Je n'y pouvait rien, dit Chick. Qu'et-ce que c'est que la justice?
- Jamais entendu parler, dit le chef de la production. J'ai du travail, il faut dire."

Morceau de bravoure : la conférence de Jean-Sol Partre.



978-2253140870
Lecture en cours : Aden de Anne-Marie Garat

Présentation de l'éditeur:
"Aden Seliani est entré par effraction dans la mémoire d'un cerveau informatique. Il n'en sortira qu'au prix d'un voyage vers lui-même, longtemps différé. Entre Paris, où il vit, New York et la banlieue de son enfance, Villeneuve-Saint-Georges, trois jours et trois nuits d'allers et retours urbains anarchiques, qui sont aussi un déplacement entre l'histoire de l'Europe contemporaine et sa propre histoire de fils d'immigrés, pleines du bruit des guerres, dans le nuage atomique du siècle. Il marche, il prend des métros, des trains de banlieue, croise des êtres aussi divisés que lui, prisonniers des frontières intérieures et orphelins de la mémoire : Iana, sa mère mourante, et son mari Otar ; Owen l'Américain ; Kerin, l'Irlandaise ; Li Song et son père ; et le professeur du collège qui rôde dans la gare..."


Après n'avoir pas réussi à lire le dernier Garat "La Nuit atlantique", j'ai voulu tenter une deuxième expérience pour laisser sa chance à l'auteure, d'autant que je me souvenais de l'avoir lue autrefois (mais peu) sans déplaisir. J'(avais choisi ce titre Prix Femina en me disant que ce devait être le signe qu'il était lisible par le plus grand nombre... Une idée comme cela.

L'écriture n'a pas encore tourné à ce qu'elle est devenue dans le roman de 2020, mais une fois que l'on a été échaudé, on est plus sensible, et on y retrouve trop les racines de ce qui se développera ensuite. Je crois que mon hyper agacement sur La Nuit atlantique était encore trop récent et avait exacerbé ma sensibilité à la chose. Bref, je n'ai pas du tout réussi à entrer dans ce roman-là non plus et cela s'est soldé par un nouvel abandon.

Quand je relis la présentation de l'éditeur, j'y retrouve d'ailleurs ce fouillis confus qui s'emmêle dans ses propres mots.

Tant pis. Deux essais, c'est honnête, j'arrête.


978-2020131841
La Nuit atlantique 
d'Anne-Marie Garat


Sorti pendant le confinement, j'ai voulu lui rendre service en le lisant dès la sortie du dit confinement, d'autant que le sujet, indiqué par l'éditeur, pouvait me plaire et Oups! ... Comment dire?
Total fiasco.
J'ai trouvé ça franchement illisible. Une écriture très compliquée, je dirais "confuse", qui se regarde le nombril et ne rechigne pas aux fautes de syntaxe en disant qu'elles sont volontaires. (je veux bien, mais volontaire ne veut pas dire bienvenu). 
"S'il ne s'était claquemuré maussade dans sa cabine, Baudelaire aura pu voir accoudé au bastingage du Paquebot des mers du Sud défiler la vieille forteresse militaire (...)"
Pour moi, ça pique un peu les yeux. Pour ne rien dire des circonvolutions inutiles et même encombrantes.
Après quelques dizaines de pages de cet acabit, j'ai jeté l'éponge, complètement rebutée non par l'histoire, mais par la façon de la raconter.
C'est bizarre, j'avais déjà lu Anne-Marie Garat (et même vue à une rencontre de lecteurs) et ne l'avais pas trouvée si indigeste. Aujourd'hui, je dirais qu'elle s'écoute écrire (si cela était possible). Grand bien lui fasse, mais ce sera sans moi.
Abandon de lecture.
Si vous allez l'acheter en librairie, un conseil, lisez quelques lignes avant de passer en caisse. Je dis ça, je dis rien.

978-2330131173

06 juin 2020

Quatre saisons à Mohawk 
de Richard Russo
****+





Présentation de l'éditeur:
«Retour à Mohawk, la ville de l'Etat de New York si familière aux lecteurs de Richard Russo. Un récit foisonnant, des situations drolatiques, une multitude de personnages attachants. Sur fond de l'histoire d'amour, magnifique et désespérée, d'un fils pour son père. Le roman le plus autobiographique du Prix Pulitzer, auteur du Déclin de l'empire Whiting. A se remémorer ses années d'adolescence, c'est tout un monde que raconte ici Ned Hall. Lui que les amis de son père ont toujours appelé "P'tit Sam", afin de le distinguer de l'autre Sam. Lui dont le "paternel" a justement échoué à devenir le plus ordinaire des hommes. A peine marié, n'est-il pas parti faire la guerre en Europe ? Et n'en est-il pas revenu tel un bateau à la dérive ? Le tout pour délaisser femme et enfant, pour errer de bar en bar pour jouer aux courses avec le peu d'argent gagné sur les chantiers à la belle saison ? Pas un mauvais gars, mais un écervelé, un irresponsable. Alcoolique à ses heures. Quoique si charmeur... Or, voyant sa femme, désespérée de sa désertion conjugale, plonger dans une grave dépression, le père a récupéré son fils. Et voilà P'tit Sam intégré dans une bande de copains peu fréquentables. Le voilà à apprendre à jouer, à voler, à tricher.(...)»


Si la qualité d'un livre se juge à l'ampleur des réflexions dans lesquelles il vous entraîne, celui-ci est génial. Il m'a vraiment énormément fait réfléchir sur les relations père-fils. Cette espèce de fascination des fils pour leurs pères qui ne se dément pas, si insuffisants que soient ces derniers. Je l'ai mieux réalisée grâce à ce livre. A mes yeux, Sam ne vaut pas grands chose. Il a détruit sa femme, et dévoyé son fils qui était parti pour être quelqu'un de bien et qui, finalement, ne sera qu'un petit peu mieux que lui.
Ce livre m'a montré aussi que face à ce duo, les mères ne pèsent rien. Petit Sam ne mettra pas longtemps à se désintéresser du sort de la sienne malgré sa bonne conscience à bon compte à ce sujet.

Mais Sam, vraiment, quel fléau! Il n'apportera pas davantage le bonheur à la deuxième femme qui l'aimera: Eilenn à qui il ne donnera rien. Par contre, avec une cruauté qui ne se démentira jamais, il détruira son fils Drew, depuis son enfance, ne lui permettant pas de devenir un homme, et cela au sens premier. Par ailleurs, il accablera toujours son meilleur ami métis infiniment dévoué, de remarques et même injures racistes...

Le récit est fait par Ned, le fils, sans aucun jugement moral sur rien. Récit factuel.

Drôle d'histoire donc, mais si bien vue! Si bien peinte! J'ai été scotchée sur presque 500 pages. J'ai bien fait de faire une autre tentative après «Un rôle qui me convient» qui m'avait laissée plus mitigée. Ce roman est d'une toute autre trempe.

Bientôt « Déclin de l'empire Whiting»


Citations:
"Il m'a trouvé sympa quand il a découvert, pas tout de suite, que non seulement je voulais bien faire son travail, mais qu'en plus je l'en remerciais. J'avais terriblement besoin de me sentir utile, et lui c'était plutôt l'inverse, mais il n'était pas du genre à me laisser souffrir s'il avait le remède."  p.73/74


"Censées traverser une crise temporaire, les tanneries -autrefois le nerf de la ville- se sont mises à fermer en masse après l'armistice, victimes de la concurrence étrangère, mais aussi de cupidités bien locales. Pendant que les ouvriers attendaient une reprise incertaine, les patrons qui n'avaient pas encore emporté leurs profits en Floride œuvraient diligemment pour interdire le comté à toute sorte d'autres entrepreneurs, garantissant la misère à Mohawk quand le reste du pays retrouvait la croissance."


"J'ai lu quelques bons livres cet été-là, ainsi qu'un grand nombre de mauvais, et le les ai tous aimés."

"Il y a des trucs durs, parfois, a dit mon père, comme s'il était utile de le confirmer. Mais ça ne veut rien dire. Il faut pas s'inquiéter."
Bien sûr, je comprenais.
"Si ça voulait dire quelque chose, ça serait pas pareil. Mais c'est comme ça, voilà."


"Relégué à quelques apparitions télévisées, le Viet Nam hésitait à prendre pied dans les réalités locales. Comme quoi Mohawk, ignorée par le boom économique des années 50, ne voyait aucun intérêt à subir la tragédie des 70."

"J'ai décidé que savoir mettre les voiles était une forme d'art largement sous-estimée quoique, en ce qui me concerne, probablement congénitale."


"J'aurais aussi bien pu tenir de ma mère qui ne s'était jamais échappée de rien, qui payait et payait sans cesse les intérêts, sans jamais rembourser le capital."


978-2264064127


                                        Transparence des choses

                                           de Vladimir Nabokov

                                              ****



Présentation de l'éditeur:
"Alors que le taxi qui l'a amené de Trux à Witt s'arrête devant l'hôtel Ascot, Hugh Person, éditeur américain entre deux âges, évoque ses trois séjours précédents dans cette minable station des Alpes suisses. Le premier, dix-huit ans plus tôt, a été marqué par deux événements tout aussi lugubres dans son souvenir: la mort de son père et sa première expérience sexuelle (avec une prostituée). Quelques années plus tard, invité à se rendre une deuxième fois en Suisse pour travailler avec un écrivain célèbre, Mr. R..., Hugh rencontre Armande, fille capricieuse d'un architecte belge et d'une Russe exilée, et tombe éperdument amoureux d'elle. Un meurtre, de nombreux cauchemars, une fructueuse entrevue avec un psychiatre et quelques incendies réels ou rêvés complètent la trame de ce voile transparent à travers lequel brille le passé..."

Court roman entièrement porté par la si belle écriture littéraire de Nabokov. Un écrivain qui ne déçoit jamais vraiment, même si comme ici, je n'ai pas bien vu où il voulait aller. A commencer par l’évocation de ces quatre séjours... mais je n'en trouve que trois. A 22 ans, quand son père meurt, à 32 ans quand il tombe amoureux et à 40 ans quand il revient sur les lieux de leur séjour.

Une histoire d'amour étrange et que le lecteur ne comprend pas bien. Ainsi au départ, il ne nous raconte que comme elle (Armande) ne répond pas à son amour, Pour nous dire soudain qu'ils sont mariés! Fantasme ou réalité? S'ensuivra une histoire de folie peu explicite.

Le début est intéressant , quand il ne peut évoquer un objet dans une description, simple élément du décor, sans être emporté par l'histoire de cet objet (exemple, il y a un crayon => on remonte à l'arbre et au graphite dont il est fait)

"Ainsi donc, tout le petit drame, du carbone cristallisé et du pin abattu à cet humble instrument, à cette chose transparente, se déroule en un clin d’œil. Hélas, le crayon fini lui-même, tel que Hugh l'a un instant tenu entre ses doigts, continue à nous échapper d'une façon ou d'une autre! "

Est-ce là la "transparence des choses" du titre?

NB: Plusieurs fantasmes/évocations de séductions de mère et de fille (on songe à la future Lolita)

Inimitable : "Tous les rêves sont des anagrammes de la réalité diurne"






978-2070386901