16 octobre 2020

 La fille de la nuit

de Serge Brussolo
****+


Après "Les enfants du crépuscule",  j'étais pratiquement obligée, par simple logique chronologique, de lire cette "Fille de la nuit". Je plaisante à tenter de justifier mon addiction actuelle aux Brussolo, mais il n'y a bien sûr aucun rapport entre les deux romans.

4ème de couverture :
"Jane Doe a été retrouvée au pied de la lettre H du mot « Hollywood » , au sommet du Mont Lee, une balle dans la tête.
Elle n'a pas succombé à sa blessure mais la trajectoire du morceau de plomb à l'intérieur de son cerveau a bouleversé sa personnalité. Elle n'est pas amnésique, non, c'est pire encore : elle est devenue quelqu'un d'autre...
Le chaos de la cicatrisation a fait d'elle une femme très différente. Quelqu'un qui n'a plus ni les mêmes goûts, ni les mêmes aspirations. Un cas digne de figurer dans les annales de la médecine.
Incurable, elle ne peut espérer rentrer en possession de son passé. D'ailleurs elle n'y tient pas outre mesure car son instinct lui souffle que ce retour à la case départ est pour elle une véritable aubaine.
Qui est en définitive Jane Doe, cette inconnue qui, à chaque crise de somnambulisme, se met à mimer des crimes atroces ? Une mythomane, une démente... Ou tout simplement une femme comme les autres, mais dont la blessure a réveillé les pulsions criminelles qui dorment en chaque être humain?
"

Le thème de l'amnésie totale après un accident ou plus encore une agression (alors, une balle dans la tête! un must) est un grand classique du thriller et a déjà été décliné sous toutes ses formes. Cuisiné avec plus ou moins de talent, il commence quand même a avoir nettement un goût de réchauffé... Et pourtant, Serge Brussolo parvient bel et bien à nous scotcher à ses pages en partant de cette base-là. D'un bout à l'autre, on n'est sûr de rien, ni d'aucun des personnages et la fin parvient à nous surprendre après nous avoir mené par le bout du nez, à peu près dans toutes les directions..

Un très bon cru.

978-2702478424





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaire: